En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nabile Farès

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain algérien de langue française (Collo 1940).

À mi-chemin du roman et du poème, son œuvre (Yahia, pas de chance, 1970 ; Un passager de l'Occident, 1971 ; le Champ des oliviers, 1972 ; Mémoire de l'absent, 1974 ; l'Exil et le Désarroi, 1976 ; la Mort de Salah Baye, 1980 ; l'État perdu (précédé de) Discours pratique de l'immigré, 1982) s'inscrit toute entière dans la blessure de la « Découverte du Nouveau Monde », dont la violence finit par rendre aphasique. On lui doit aussi des poèmes (le Chant d'Akli, 1972).