En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Per Olov Enquist

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain suédois (Hjoggböle 1934).

Il s'est intéressé au mythe de Strindberg dans sa pièce la Nuit des tribades (1976) – premier volet d'un triptyque qui rassemble, en 1981, Pour Fedra et la Vie des serpents de pluie. Il consacre ses romans à saisir, à travers une technique proche du collage, les grands mouvements mystérieux et les puissances occultes qui animent les foules, ainsi dans le Cinquième Hiver du magnétiseur (1964) à propos de Franz Mesmer. Avec Hess (1966), où il évoque les dirigeants nazis, il a rassemblé une documentation importante sur le départ de Rudolf Hess en Angleterre à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Légionnaires (1968) décrivent le sort des soldats baltes qui fuyaient l'armée allemande ; une enquête minutieuse qui comporte une adresse à Mao Zedong, constat politique désabusé. Dans la Cathédrale olympique (1972), il peint le drame des jeux sanglants de Munich en 1972. La Bibliothèque du capitaine Nemo (1991), portant sur l'interversion de bébés dans une maternité, avait été annoncé comme son dernier roman, mais le silence a été rompu en 1999 avec le Médecin personnel du roi, sujet historique sur Christian VII, lié au thème de la liberté et de la décadence.