En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Enchi Fumiko

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain japonaise (Tokyo 1905 – id. 1986).

Fille d'un grand linguiste japonais, elle s'imprégna, dès son enfance, de littérature classique japonaise, et s'initia aux théâtres traditionnels, le Kabuki et le Joruri. Elle écrivit une première pièce de théâtre en 1928, publia en 1935 un recueil de drames : le Regret du printemps, puis entra dans une longue période de souffrances physiques et morales pendant toute la durée de la Seconde Guerre mondiale. C'est avec son roman Jours de fringale (1953), qui décrit l'endurance d'une femme malheureuse, qu'elle marqua un nouveau départ ; et elle cristallisa cette longue maturation dans son chef-d'œuvre la Pente des femmes (1957). Suivent Masque de femme (1958), Chroniques glorieuses (1959-1960). Sa trilogie autobiographique : l'Incarnat dérobé (1955), les Ailes blessées (1960), l'Arc-en-ciel et l'Enfer (1968) lui valut le prix Tanizaki. Elle s'appliqua plus tard à la traduction en langue moderne du Dit du Genji.