En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

l'Ecclésiaste

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Dans la Bible hébraïque, ce livre s'appelle Qôheleth, c'est un participe actif féminin de la racine qâhal, « parler en public ». Il désigne une fonction dans l'assemblée et, par métonymie, celui qui exerce cette fonction. Le titre du livre identifie, sans le nommer, Qôheleth à Salomon (I, 1), le plus sage des rois. L'aspect « salomonien » de l'Ecclésiaste est une moyen littéraire utilisé par l'auteur pour donner plus de poids à ses idées. Qo IX, 7-9, avec son conseil de jouir de la vie, provient probablement de la même attitude hédoniste que l'on trouve dans l'Épopée de Gilgamesh (X, III, 5). La conception cyclique de la vie et de la nature provient probablement de l'influence de la pensée hellénistique. Le livre se présente comme une suite de réflexions sur les déceptions de la vie. La devise du livre est : « Vanité des vanités, tout est vanité », une conclusion tirée de l'observation de la nature dont il résulte que tous les humains sont égaux devant la mort.