En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Lawrence Durrell

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain anglais (Jullundur, Inde, 1912 – Sommières, Gard, 1990 ).

Après une enfance heureuse en Inde et des études turbulentes en Angleterre, il devient pianiste de jazz, coureur automobile, agent immobilier et édite à Paris Delta (1937-1939) avec H. Miller, qui restera son maître et son ami. Rangé dans les services diplomatiques à Alexandrie, à Belgrade, à Chypre (Citrons acides, 1957), il célèbre les incertitudes et les beautés méditerranéennes. Apatride de cœur, il décrit une ville en ceux qui y retrouvent racine (le Quatuor d'Alexandrie : Justine, Balthazar, Mountolive, Clea, 1957-1960). Une complexité de points de vue qui se réclame du relativisme einsteinien pour dépeindre les mœurs d'une société « permissive » : amour, sexe et connaissance sont indissociables ; érotisme et exotisme sont de plus en plus quiétistes, car le désir est frustré par sa satisfaction (Sappho, 1962 ; Tunc, 1968 ; Nunquam, 1970). Il évoque avec humour l'ambiance des ambassades dans les nouvelles consacrées au personnage d'Antrobus. Le cynisme plus tranché des dernières œuvres (le Quintette d'Avignon : Monsieur ou le Prince des ténèbres, Livia ou Enterrée vive, Constance ou les Pratiques solitaires, Sebastian ou les Passions souveraines, Quinte ou la version Landru, 1974-1985) comme des manifestes (le Grand Suppositoire, 1972) traduit le désir d'en finir avec les intimidations culturelles (le Sourire du Tao, 1980).