En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adélaïde Gillette Billet, Mme Dufrénoy

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres française (Paris 1765 – id. 1825).

Elle débuta dans l'Almanach des Muses avec des pièces légères et commença la publication d'un Courrier lyrique et amusant (1785-1789). Veuve, elle écrivit pour vivre, protégée par Fontanes, divers ouvrages d'éducation qui lui valurent une pension de Napoléon Ier. Après 1815, son salon devint un des petits cénacles de l'opposition libérale. On lui doit aussi plusieurs romans (la Femme auteur, 1812) et un volume d'Élégies (1813), dans lequel les jeunes romantiques crurent voir l'une des premières manifestations de leur sensibilité.