En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Eustache Morel, dit Deschamps

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Vertus, Marne, 1364 – v. 1407).

Il fut successivement écuyer, chevaucheur, huissier d'armes à la cour du roi Charles V, puis maître des eaux et forêts et bailli de Senlis. La cour de Charles VI semble lui avoir été moins favorable – bien qu'il participe encore, comme auditeur, à la Cour amoureuse, fondée en 1400 dans l'entourage du roi – et il nous a laissé l'image d'une vieillesse aigrie. Il fut moins soucieux de rassembler ses œuvres que ses contemporains (tel Guillaume de Machaut qu'il a connu à Reims), et ses 1 500 poèmes (82 000 vers) sont parvenus dans un ordre tout relatif, classés sans grande rigueur en différents genres : ballades, virelais, rondeaux, lais, chants royaux, pièces en strophes diverses et œuvres latines. L'œuvre lyrique est comme le journal d'une époque, les événements personnels ou collectifs donnant l'occasion de réflexions morales ou ironiques. Parce qu'il est directement concerné par l'événement ou le traite avec une tonalité propre, l'auteur est au centre de son œuvre et annonce celles à venir de Charles d'Orléans et de Villon. Mais c'est surtout son travail poétique qui le distingue et le révèle en grand créateur de formes. Il fixe définitivement les genres, tout en élaborant des schèmes poétiques qui s'imposeront chez les grands rhétoriqueurs, avec un usage systématique de l'allégorie, de l'énumération et du dialogue. Le langage concret, fondé sur des mots rares et familiers, assure la liaison entre la courtoisie et la satire. Son Art de dictier en prose (1392) marque une date dans l'histoire de l'art poétique. Il y détache en effet le lien entre la musique naturelle des mots et celle, artificielle, des instruments ; il substitue au chant et à la voix l'écriture, où se déploie le formalisme. C'est en clerc et en moraliste qu'il apparaît dans son œuvre non lyrique, plus modeste, composée d'adaptations françaises, d'une compilation inachevée en vers, de dits satiriques et d'extraits d'un ouvrage de Nicolas Oresme.