En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henry Céard

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier français (Bercy 1851 – Paris 1924).

Ses débuts littéraires se font sous le signe du naturalisme. Disciple et ami de Zola, il est l'un des six contributeurs, en 1880, du volume militant des Soirées de Médan (il en aurait soufflé le titre), où il publie une longue nouvelle satirique, « la Saignée », inspirée de l'époque où, enrôlé dans la garde nationale, il assistait au siège de Paris par les Prussiens. Son roman, Une belle journée (1881), dans lequel une femme vieillie ressasse le souvenir dérisoire d'un adultère manqué, est un modèle du roman naturaliste. Céard s'oriente ensuite vers la critique littéraire et vers le théâtre, adaptant avec un succès médiocre la Renée Mauperin des Goncourt (Odéon, 1886) et, sous le titre de Tout pour l'honneur (1887), le Capitaine Burle de Zola. En 1898, il s'éloigne définitivement du maître en adoptant des positions antidreyfusardes, et, en 1906, il publie un étonnant roman d'inspiration wagnérienne, Terrains à vendre au bord de la mer. En 1918, il est élu à l'Académie Goncourt.