En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edward Estlin Cummings

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète et peintre américain (Cambridge, Massachusetts, 1894 – North Conway, New Hampshire, 1962).

Condisciple de Dos Passos à Harvard, ambulancier en France pendant la Première Guerre mondiale, emprisonné à La Ferté-Macé à la suite d'erreurs administratives, il fait dans la Chambre* énorme (1922) le récit de sa captivité et, à travers l'évocation de ses gardiens et de ses compagnons de misère, définit les thèmes principaux de son œuvre, identifiant l'écrivain au clown, être dérisoire mais riche d'un pouvoir spirituel. De Tulipes et cheminées (1923) aux Poèmes complets (1962), neuf recueils poétiques associent le lyrisme à des rythmes variables, à des déconstructions sémantiques, à de quasi-calligrammes. La logique stricte est bannie au profit d'images labiles, à la fois fortement physiques et éthérées. Les articles et conférences de Harvard (1953), Eimi (1933), récit d'un voyage à Moscou, son théâtre (Lui, 1927 ; Saint Nicolas, 1946), un ballet (Tom, 1935) confirment le choix de l'humour et la virtuosité des jeux de langage. L'innovation formelle n'empêche pas la référence sous-jacente au transcendantalisme et souligne l'aptitude à saisir et à défaire toute parole, en un geste iconoclaste et fondateur.