En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

Cuba

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Malgré la publication de l'épopée Espejo de paciencia (1608) du créole Silvestre de Balboa, ce n'est qu'au xviiie siècle que commence à Cuba une vie intellectuelle propre avec la fondation, par les dominicains, de l'université de La Havane en 1728. Le Papel periódico, premier journal cubain (1790), publie les poètes locaux (Manuel de Zequeira y Arango, Manuel Justo Rubalcava) et contribue à divulguer des textes en prose (Tomás Romay, José Agustín Caballero). Le premier grand poète cubain, José María de Heredia (parent de son homonyme français), se situe à la charnière du néoclassicisme et du romantisme, de même que, dans le domaine de la prose didactique, Félix Varela. « Plácido » (Gabriel de la Concepción Valdés) fut un poète populaire d'une inspiration locale très authentique, contrairement à José Jacinto Milanés, attiré par les thèmes sentimentaux. La grande figure du romantisme cubain est Gertrudis Gómez de Avellaneda, poétesse et surtout romancière. L'érudit Domingo del Monte entretient une correspondance suivie avec les plus grands représentants des lettres espagnoles de son temps. Vers 1860 se manifestent une tendance parnassienne (Joaquín Lorenzo Luaces) et un courant élégiaque (Juan Clemente Zenea). Les mœurs et les coutumes de la campagne cubaine et de ses habitants (les guajiros) servent de thèmes aux poètes populaires (Francisco Poveda, Cristóbal Nápoles Fajardo), tandis que José Fornaris réinvente le passé de la race siboney, aborigène de Cuba. Dans son roman Cecilia Valdés, Cirilo Villaverde fait revivre les débuts du xixe siècle. Le costumbrismo s'exprime par les voix de José María de Cárdenas y Rodríguez, de José Victoriano Betancourt et de son fils, Luis Victoriano. Le romantisme finissant (Diego Vicente Tejera) va bientôt céder la place au modernisme, soutenu par les périodiques La Habana Elegante et El Fígaro. Julián del Casal est un des meilleurs champions du modernisme, mais le plus éclatant est José Martí, poète, critique, théoricien politique, aujourd'hui « l'apôtre » de la révolution castriste.

Dans les années 1930, correspondant à la vogue du « négrisme » dans le monde occidental, apparaît, avec Nicolás Guillén et Emilio Ballagas, une poésie nouvelle qui emprunte ses thèmes et ses rythmes au folklore des Noirs de l'île. En prose, Carlos Montenegro puise ses thèmes dans la réalité sociale, Lydia Cabrera, dans le folklore des Noirs. Enrique Labrador Ruiz est influencé par le surréalisme, Lino Novás Calvo, par les romanciers anglo-saxons, et Virgilio Piñera cultive l'humour noir dans ses Contes froids. Une riche culture européenne imprègne toute l'œuvre du plus grand romancier cubain de ce siècle et l'un des maîtres de la littérature hispano-américaine : Alejo Carpentier (1904-1980). En 1944, José Lezama Lima, poète, romancier et essayiste, réunit les jeunes poètes autour de la revue Origenes : Gastón Baquero, Eliseo Diego, Octavio Smith, Cintio Vitier. Parallèlement, Samuel Feijoo retrouve des accents romantiques mais, après l'insurrection de 1959, de nouvelles voix vont se faire entendre pour célébrer le succès de la révolution castriste (Roberto Fernández Retamar, Fayad Jamis).

Depuis 1959, la littérature cubaine est partagée entre deux courants : la littérature de la révolution, officiellement reconnue, et celle de l'exil, dont le plus célèbre représentant est Guillermo Cabrera Infante, devenu citoyen anglais : tout en poursuivant ses évocations de La Havane d'avant Castro, comme José Soler Puig et Lisandro Otero, Cabrera Infante demeure un dynamiteur du langage, à l'instar de Severo Sarduy. Parmi les narrateurs actuels, il faut également mentionner Gustavo Eguren, César Leante, Eduardo Desnoes, Antonio Benítez, Noel Navarro, Reinaldo Arenas et surtout Zoé Valdes, dont l'œuvre se fonde sur la douleur de l'exil. En poésie, se signalent Roberto Friol, José Martínez Matos, Miguel Barnet et Nancy Morejón. Le théâtre est principalement représenté par Raul Gonzáles de Cascorro, Eduardo Manet, José Triana, Antón Arrufat et Miguel Collazo.