En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marguerite Briet, dite Hélisenne de Crenne

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres française (Abbeville ? – apr. 1552).

Elle est l'auteur d'Épistres familières (1539), du Songe de Madame Hélisenne (1540), d'une traduction des quatre premiers livres de l'Énéide (1541) et, surtout, des Angoisses douloureuses qui procèdent d'amour (1538), suite de trois récits inspirés de la Fiammetta de Boccace, de la Deplorable Fin de Flamecte de Juan de Flores (que traduisit Maurice Scève), mais aussi de sa propre expérience amoureuse : écrit à la première personne, il constitue le premier roman autobiographique de la littérature française.