En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stephen Crane

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Journaliste et écrivain américain (Newark 1871 – Badenweiler 1900).

De son expérience de journaliste (il fut correspondant de guerre pendant les conflits gréco-turc et hispano-américain en 1897-1898), il tire une règle de composition narrative : une histoire, transcrite sans détour, porte un poids émotionnel qui exclut tout commentaire. Avec Maggie, fille des rues (1892), il inaugure le naturalisme américain ; avec la Conquête du courage (1895), il met la description impressionniste au service du réalisme et du déterminisme dans l'évocation d'un soldat anonyme pris dans une guerre (la guerre de Sécession) qu'il ne comprend pas. Sa méthode documentaire est fondatrice. Ses nouvelles (la Barge, 1898) influenceront Sherwood Anderson et Hemingway. Sa poésie (les Cavaliers noirs et autres écrits, 1895 ; La guerre est bien bonne, 1899) reprend le thème de l'absurdité et de la fatalité de toute vie.