En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Harold, dit Hart Crane

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète américain (Garrettsville, Ohio, 1899 – par suicide, dans le golfe du Mexique, 1932).

Esprit angoissé, prisonnier d'un moralisme qui l'empêche d'accepter son homosexualité, il cherche dans l'espace américain, dans les paysages tropicaux, à Paris, les lieux et les objets capables de corriger son pessimisme et de combler la pauvreté culturelle du Middle West. Lecteur de Donne, de Rimbaud et de l'avant-garde européenne, influencé par Whitman, il donne avec Bâtiments blancs (1926) une méditation sur la beauté, l'amour et la mort, inspirée des personnages de Faust et d'Hélène. Dans le Pont * (1930), il fait du pont de Brooklyn le symbole de l'histoire et de l'avenir américains, réunissant en cinq chants les grandes figures et les grands symboles nationaux (Pocahontas, Rip Van Winkle, Melville, Poe, Whitman, Christophe Colomb, le métro, l'Atlantide), dans une réponse exaltée au désespoir de la Terre Gaste de T. S. Eliot.