En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Comenius

nom latinisé de Jan Amos Komenský

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Humaniste tchèque (Uherský Brod, Moravie, 1592 – Amsterdam 1670).

Après avoir fait des études d'abord dans son pays, puis à Herborn (Nassau), il dirigea une école à Prerov. Ordonné prêtre (1616), il reçut la cure de Fulnek, important centre des frères moraves. L'invasion des troupes espagnoles puis la persécution ordonnée par Ferdinand II contre les réformés le contraignirent à l'exil : il vécut alors en Pologne, à Londres, en Suède, en Hongrie et à Amsterdam, où il finit sa vie. Il publia en 1631 une nouvelle méthode d'apprentissage des langues, la Janua linguarum reserata. La Didactica magna (1640) répandit dans toute l'Europe sa réputation d'humaniste et de pédagogue. S'il ne publia jamais sa grande œuvre prévue, la Pansophia, il a laissé de nombreux opuscules qui révèlent l'originalité de ses conceptions philosophiques (le Labyrinthe du monde et le Paradis du cœur, 1623) et pédagogiques : le premier il érigea la pédagogie en science autonome, voyant dans l'enseignement le serviteur de la nature c'est ainsi qu'il réfléchit sur la valeur formatrice du jeu (Schola ludus, 1657) et qu'il donna avec son Orbis pictus (1658) une véritable encyclopédie par l'image. Précurseur de la pensée moderne, il imagina une coopération intellectuelle et politique entre les États qui aboutirait à une fédération des peuples (Via lucis, 1642).