En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Leopoldo Alas, dit Clarin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain espagnol (Zamora 1852 – Oviedo 1901).

Professeur de droit à Oviedo (la « Vetusta » de ses romans), il écrivit dans les journaux plus de deux mille articles philosophiques, politiques ou de critique littéraire, de tons et de registres très variés, témoignant d'un vif humour et d'une grande indépendance d'esprit (Solos de Clarín, 1881 ; Paliques, 1893). Traducteur de Zola, il est aussi le principal représentant du naturalisme en Espagne, par ses contes et ses nouvelles (Pipa, 1886 ; le Coq Socrate, 1901), et surtout son roman la Régente (1884-85), mettant en scène une héroïne éprise d'un idéal supérieur et en totale contradiction, telle une autre Emma Bovary, avec la collectivité de Vetusta, incarnation de la médiocrité. Clarín publiera un second et dernier roman, Son fils unique (1891), complexe et troublant.