En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hélène Cixous

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Oran 1937).

Romancière, dramaturge, cofondatrice de la revue Poétique, elle a placé son œuvre sous le signe de l'origine, de la référence, de la citation. Elle est tout entière marquée par la lecture de Joyce, auquel elle consacre sa thèse de doctorat (l'Exil de Joyce ou l'Art du remplacement, 1969). Dès les nouvelles du Prénom de Dieu (1967), elle propose une façon nouvelle de formuler l'interaction des êtres et des choses, dans une littérature où, tout ayant déjà été dit, il s'agit de dire autrement, dans une langue neuve, audacieuse et onirique. Avec Dedans (1969), le Troisième Corps et les Commencements (1970), elle poursuit son travail de mise en chaos du sujet romanesque ; le roman se voue à une réflexion sur l'écriture (Neutre, 1972 ; Tombe, 1973 ; Prénoms de personne, 1974). Au-delà de cette nouvelle naissance littéraire, l'auteur se consacre à l'évocation de l'émergence d'une femme émancipée de la tutelle de la société masculine (Souffles, 1975 ; Là, 1976 ; Angst, 1977 ; Anankè, 1979 ; le Livre de Promethea, 1983). Après s'être essayée au théâtre avec, en 1976, Portrait de Dora, elle collabore depuis les années 1980 avec Ariane Mnouchkine. Optant pour une dramaturgie du détour, où la fresque historique et la parabole critique ont pour vocation de parler du temps présent, elle écrit l'Histoire inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge (1985), l'Indiade (1987), la Ville parjure ou le Réveil des Erynies (1994), Tambours sur la digue (2000). Toutes ces pièces, qui traitent de sujets politiques contemporains, comme le drame des hémophiles et du sang contaminé dans la Ville parjure, ou les crises du pouvoir politique dans Tambours sur la digue, sont montées par le Théâtre du Soleil et font l'objet d'importantes recherches scéniques sur la narration. En 1994, Daniel Mesguish avait aussi mis en scène l'Histoire qu'on ne connaîtra jamais, portant sur la légende des Niebelungen.