En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sugimori Nobumori, dit Chikamatsu Monzaemon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Auteur dramatique japonais (Fukui 1653 – Osaka 1724).

Né à Fukui en Echizen, dans une famille de guerrier, Chikamatsu monte, quand son père perd son poste, à Kyoto et entre au service de maisons de l'aristocratie, ce qui le met au contact avec la culture de cour, ainsi qu'avec le joruri, qui y est en faveur. Il publie de premiers haikai dès 1671 au sein d'un recueil collectif. En 1683, il compose pour le récitant de ningyo-joruri, Uji Kaga no jo, la première pièce qui lui soit attribuée de façon indiscutable, l'Héritier des Soga. Elle sera reprise l'année suivante par le récitant Takemoto Gidayu pour l'inauguration de son théâtre d'Osaka. La même année 1684, Chikamatsu écrit pour le grand acteur Sakata Tojûro le Septième Anniversaire de la mort de Yugiri. Pendant une vingtaine d'années, il se consacrera en priorité au kabuki, devenant en 1695 l'auteur attitré de la salle que Tojuro dirigeait à Kyoto. Au contact du grand acteur, il approfondit sa réflexion sur l'art théâtral et fait preuve d'un réalisme jusqu'alors inconnu du kabuki.

L'énorme succès de Double Suicide à Sonezaki, en 1703, détermine la suite de sa carrière. La pièce, premier drame de marionnettes à traiter d'un sujet contemporain et bourgeois (sewa-mono), met en scène un fait divers récent : Tokube refuse d'épouser la nièce de son patron par fidélité pour la courtisane O-Hatsu, mais doit renoncer à racheter celle-ci, victime qu'il est d'une escroquerie de la part de Kyuhe, son ami. Les deux amants n'ont d'autre issue que la mort. La fatalité qui broie les personnages réside dans la conjonction des forces économiques et sociales qui écartèlent les amants entre l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre et les obligations dont ils sont redevables à leurs proches. Ce conflit est exprimé de façon particulièrement saisissante dans la relation triangulaire de Double Suicide à Amijima (1721), où le mari, la maîtresse et l'épouse se trouvent unis par un réseau complexe d'obligations mutuelles.

Devenu en 1706 auteur attitré du Takemoto-za d'Osaka, Chikamatsu est le second personnage de la troupe et bénéficie d'un traitement confortable. Malgré la mort de l'illustre récitant (1714), Chikamatsu connaîtra en 1715 le plus grand succès de sa carrière avec les Batailles de Coxinga, drame historique à la mise en scène spectaculaire, qui sera suivi de nombreux autres chefs-d'œuvre, tant dans le drame historique (Shunkan, 1719) que dans le drame bourgeois (Meurtre d'une femme, un enfer d'huile, 1721).

Utilisant toutes les ressources sonores et rythmiques de la prose poétique du joruri enrichie de nombreuses réminiscences classiques, mais aussi toute la vivacité et la variété de la langue de son temps, Chikamatsu crée un univers poétique et théâtral nouveau, sans cesser d'être un auteur populaire. S'il continue à illustrer le genre historique, c'est par le drame bourgeois, haussé au rang d'un véritable théâtre tragique, qu'il marque avant tout sa place dans l'histoire de la littérature.