En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri Cazalis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Cormeilles-en-Parisis 1840 – Florissant, Suisse, 1909).

Poète parnassien, il mena de front une carrière littéraire et celle de médecin hygiéniste. Il participa au Parnasse contemporain, et publia ensuite sous son nom, sous celui de Jean Caselli, et surtout sous le nom de Jean Lahor, plusieurs recueils d'une poésie précieuse et désenchantée, marquée par ses lectures de Schopenhauer, sa découverte du bouddhisme (en 1888, il consacra un ouvrage de vulgarisation à l'Histoire de la pensée hindoue) et sa passion pour l'Orient : Vita tristis, 1865 ; Melancholia, 1868 ; le Livre du néant, 1872 ; l'Illusion, 1875 ; les Quatrains d'Al Ghazali, 1896. Très tôt, grâce à Emmanuel des Essarts, il se lia à Mallarmé, dont il fut un ami fidèle et le correspondant privilégié de 1862 à 1871. Cet amoureux des arts fréquenta aussi Leconte de Lisle, Ruskin, Saint-Saëns, William Morris. Il termina sa carrière comme inspecteur des eaux à Challes, puis à Aix-les-Bains, se préoccupant de problèmes sociaux (Habitations à bon marché et un art nouveau pour le peuple, 1903).