En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henri Béraud

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Journaliste et écrivain français (Lyon 1885 – Saint-Clément-des-Baleines, île de Ré, 1958).

Prix Goncourt 1922 pour le Martyre de l'obèse, il ancre ses romans dans sa région natale (la Gerbe d'or, 1928). Le Bois du templier pendu (1926), les Lurons de Sabolas (1932) amorcent l'épopée imaginée d'un village dauphinois, du xive au xviiie siècle, qui se poursuit par Ciel de suie (1932). Mais si ses reportages à travers l'Europe dénotent un journaliste à l'œil acéré, ses pamphlets contre Gide et les « écrivains d'exportation » (la Croisade des longues figures, 1924), l'Angleterre ou le Front populaire, que publie souvent l'hebdomadaire Gringoire, le placent au premier rang des intellectuels qui choisissent le fascisme puis la collaboration. Condamné à mort en 1944, il vit sa peine commuée et fut libéré en 1950.