En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Auguste Brizeux

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Lorient 1803 – Montpellier 1858).

Attaché à sa terre natale, il l'a chantée sur tous les tons, de l'épique (les Bretons, 1843) au lyrique (Marie, 1831-1840), en français et en breton (Telenn Arvor [la Harpe d'Armorique], 1839 ; Furnez Breiz [la Sagesse de Bretagne], 1844). Brumes marines, forêts enchantées, landes ventées sont en effet, chez lui, plus qu'un décor : un personnage mythique, berceau de traditions et de légendes dont le poète se veut tout à la fois le chantre et le descendant, marqué par une mystique du nombre (les Ternaires, 1841).