En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Pierre Brisset

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (La Sauvagère, Orne, 1837 – La Ferté-Macé 1919).

Fils de journalier, successivement garçon pâtissier, militaire, inventeur, professeur de langues vivantes, employé aux Chemins de fer, ce polygraphe monomaniaque fait partie du panthéon de ceux que l'on considère volontiers comme des fous littéraires. La gloire lui vient en 1913 lorsqu'il est élu prince des penseurs par une bande de farceurs – Jules Romains en tête – en tant que « Rénovateur de la philosophie biologique, des sciences religieuses et de la philologie ». Son œuvre – la Grammaire logique (1878 et 1883), Le mystère de Dieu est accompli (1890), les Origines humaines (1913), la Science de Dieu (1900) – répand la bonne nouvelle, preuves à l'appui : « L'homme descend de la grenouille. » Ses divagations sur la langue française, véritable kabbale phonétique, exercent un étrange pouvoir de fascination. André Breton ne s'y était pas trompé qui a inclus Brisset dans son Anthologie de l'humour noir.