En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Robert Brasillach

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Perpignan 1909 – Montrouge 1945).

Sorti de l'École normale supérieure, il publie un premier livre (Présence de Virgile, 1931), puis se lance dans le journalisme et s'impose comme critique à l'Action française (1931-1939) ; il reprendra ses meilleurs chroniques dans les Quatre Jeudis (1944). Il écrit des romans (le Voleur d'étincelles, 1932 ; l'Enfant de la nuit, 1934 ; le Marchand d'oiseaux, 1936) où la mélancolie l'emporte sur l'action. En collaboration avec son beau-frère Maurice Bardèche, il donne une Histoire du cinéma (1935) et une Histoire de la guerre d'Espagne (1939). À partir de 1934, il s'engage dans la politique, épousant les thèses du fascisme. Ses articles parus dans Je suis partout (1937-1943) alimentent au premier chef la propagande provichyste et pronazie. À la Libération, sa condamnation et son exécution le placent au centre du débat sur les responsabilités politiques de l'écrivain. Il a laissé des Poèmes de Fresnes (1949) et une Lettre à un soldat de la classe 60.