En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Bourdeille v. 1540 – 1614).

Homme d'action déçu qui trouva dans l'écriture une consolation partielle à ses déboires, il eut une vie mouvementée. Étudiant à Poitiers, il effectue à 20 ans son premier voyage en Italie. De retour en France, il s'attache aux Guises et participe aux guerres de Religion. En 1564, il parcourt l'Espagne. Puis il prend part à une expédition contre les Turcs dans l'île de Malte, et, de nouveau, guerroie en France. En 1584, un grave accident de cheval le contraint à la retraite. C'est alors qu'il entreprend d'écrire ses souvenirs et d'évoquer les nombreuses figures célèbres qu'il a pu côtoyer. Son œuvre, composée entre 1584 et 1614 et publiée pour la première fois un siècle et demi après sa mort, comprend une série de Vies (Recueil des Dames dont furent extraites les Vies des dames galantes, Vies des hommes illustres et des grands capitaines), un Discours sur les duels et des poésies. Oscillant entre les genres des Mémoires et celui des propos bigarrés, ses Vies constituent la plus vaste galerie de portraits d'hommes et de femmes illustres que nous ait léguée l'histoire de France. Élaborées à partir de souvenirs vécus aussi bien que de lectures, les Vies constituent une mine féconde (bien que parfois sujette à caution) de renseignements sur la vie de cour en France dans la seconde moitié du xvie s., documentation que ne vient détourner aucune réécriture partisane qui ressortirait à des intentions apologétiques ou moralisantes. Brantôme y consigne tout ce qu'il a vu ou entendu dire, et aussi ce qu'il a lu, comme de véritables aventures dont il met en exergue le pittoresque : de là vient qu'il est souvent malaisé d'y démêler la part de la vérité historique de celle de la fiction. Sacrifiant l'exactitude au plaisir de conter, pliant le rythme du récit aux saillies d'un style plein de couleur et de verdeur, Brantôme reste le témoin le plus remarquable de la cour des Valois.