En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète français (Odessa 1919 – Paris 1998).

Témoin de son siècle, le nôtre aussi, il place en résonance la poésie et un monde heurté. Ce temps, qu'il ne déserte pas, où il s'engage, rend possible Hiroshima et d'autant plus nécessaire la poésie. Jadis frotté de surréalisme, ce langage est souvent anaphorique, accessible. Dans cette critique motivée des gratuités expérimentales d'une certaine modernité, le sens, voire le didactisme, l'utilité l'emportent sur la musique ; la pensée, sur les harmoniques du chant. Bosquet pratique les Notes (1970-1974) et le sonnet (Sonnets pour une fin de siècle, 1980). Quatre Testaments, ceux aussi de la poésie, s'écrivent entre 1957 et 1965. L'œuvre, dont la spiritualité est un souci, est apocalyptique. Les poésies complètes sont rassemblées en un volume au titre-programme (Je ne suis pas un poète d'eau douce, 1996).