En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bosnie-Herzégovine

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

La multiplicité des composantes nationales de la population de Bosnie-Herzégovine a rendu la question du phénomène littéraire bosniaque assez complexe. Bien qu'écrite dans la même langue que les littératures serbe et croate, celle de Bosnie-Herzégovine a ses caractéristiques nationales et ethniques propres, de même que sa spécificité territoriale et linguistique. Sur la péninsule balkanique se trouvait la frontière entre l'Empire romain et l'Empire byzantin. Une partie des Slaves du Sud était sous l'influence de l'Ouest, où se développait le catholicisme, et l'autre partie sous l'influence de l'Empire byzantin, où se développait l'orthodoxie. L'apparition des bogomiles (patarins), qui se répandirent de la Bulgarie à travers la Bosnie et l'Italie du Nord vers la France du Sud, marqua une nouvelle période dans la vie spirituelle de ces peuples. Dès ses débuts (1199), le bogomilisme fut traité comme une secte hérétique que la Curie romaine pourchassa et persécuta. Il a des racines profondes en Bosnie, dont l'église à cette époque ne reconnaissait pas plus l'autorité des métropolites byzantins que celle des papes de Rome. Les manuscrits enluminés du Moyen Âge, des évangéliaires (Évangile de Miroslav, xve s., Missal de Hrvoje Vukcic, Bréviaire de Hval, xive et xve s.), témoignent de la grandeur et de l'éclat du royaume de Bosnie (seconde moitié du xive s.). À la suite de la persécution des Juifs en Espagne, un certain nombre de leurs communautés trouvèrent refuge dans les Balkans, où ils apportèrent la Hagadda Pascale du xive siècle, unique en son genre dans l'histoire picturale de Bosnie-Herzégovine. En 1463, la Bosnie-Herzégovine tombe sous le joug turc et y reste en tant que province jusqu'en 1878, avant d'être intégrée à l'Empire autrichien. Une grande partie de la population de Bosnie-Herzégovine est islamisée et, désormais, c'est la religion qui définit l'identité des Musulmans slaves. L'identité de cette nation – les Musulmans slaves – est tardivement reconnue en Yougoslavie, vers 1970. En adoptant l'islam à l'époque de l'Empire ottoman, cette nation acquit des caractéristiques identitaires particulières. Tout au long de son histoire, la Bosnie-Herzégovine fut un point de rencontre des cultures et des traditions, un carrefour des brassages nationaux et religieux : religions orthodoxe, catholique, musulmane, juive, auxquelles il faut ajouter l'hérésie bogomile. À l'époque des dominations turque et autrichienne en Bosnie-Herzégovine, trois littératures coexistaient (serbe, croate et musulmane), avec une contribution particulière des auteurs juifs. Chacun de ces groupes avait son autonomie propre, avec ses écrivains, ses revues et autres publications, ainsi qu'un public spécifique, serbe, croate et musulman. Les orthodoxes et les catholiques de Bosnie-Herzégovine ont eu des liens avec la littérature de Serbie et de Croatie. Les invasions ottomanes et l'expansion de l'islam dans ces régions brisent la continuité de l'évolution de l'art. L'histoire de l'art en Bosnie-Herzégovine ne connaît ni de Renaissance, ni de classicisme, ni de baroque. Les écrivains musulmans de Bosnie-Herzégovine commencèrent très tôt à écrire dans les langues orientales : turc, arabe et persan. Les œuvres de ces écrivains furent marquées par l'influence de l'Orient islamique, mais souvent, ils conservèrent certaines particularités de leur petite patrie – la Bosnie. Au xviie siècle, il y eut également des auteurs qui composaient leurs poèmes, pieux ou profanes, en langue populaire (serbo-croate) mais écrits en caractères arabes (arabica). Cette littérature est nommée l'alhamijado. Les poèmes pieux – ilahije – et moralisants – kaside – constituent la majorité de ces écrits souvent inspirés de la poésie populaire musulmane (poèmes lyriques ou lyrico-épiques et ballades). Dans la littérature bosniaque et yougoslave, une place importante revient aux productions de l'esprit populaire musulman. Le meilleur exemple de cet esprit est la fameuse ballade bosniaque Hasanaginica (la Femme de Hasanaga), traduite dans beaucoup de pays européens, y compris la France. À cette période paraissent les œuvres poétiques et mystiques d'Abdulah Bosnjak, de Sabit Uzicanin, de Nerkesi et de bien d'autres.

Le premier poète musulman à avoir écrit en langue populaire bosniaque est Muhamed Hevaji Uskufi, né au début du xviie siècle. En 1631, il publia un Dictionnaire en vers de la langue bosniaque et du turc. À la même époque appartiennent les auteurs : Hasan Kaimija, Mula Mustafa Baseskija (le chroniqueur de Sarajevo au xviiie s.), la poétesse Umihana Cuvidina (début du xixe s.). La tradition littéraire médiévale sera poursuivie par les franciscains de Bosnie-Herzégovine. Divkovic Matija (1563-1631) écrivit ses œuvres en langue vernaculaire, entre autres Science chrétienne à l'usage du peuple Slave (1611), Sto cudesa aliti zlamenja (1611) et Beside (1616). Son œuvre didactique fut proche des idées de la Contre-Réforme. Le mouvement illyrien croate a imposé comme langue littéraire unique pour tous les Slaves du Sud la langue populaire qui avait pour base le langage de Bosnie-Herzégovine. En 1850, par l'accord de Vienne (entre les représentants des Croates et des Serbes), on décida de codifier cette langue et de réformer ses deux alphabets – cyrillique et latin. Les codificateurs furent Vuk Karadzic (serbe) et Ljudevit Gaj (croate). Les idées du mouvement illyrien sont exprimées dans la première revue bosniaque Bosanski prijatelj (Ami bosniaque), parue en 1850, dont le premier rédacteur en chef fut le franciscain bosniaque Ivan Franjo Jukic (1818-1857). Martic Grga, franciscain bosniaque, participa aussi au mouvement illyrien et écrivit des poèmes et des récits de voyage. Peu après la parution de la revue Ami bosniaque, la revue Bosanski vjestnik (serbe) et la revue musulmane Sarajevski cvjetnik furent créées. En 1878 commença l'occupation austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine ; elle dura quatre décennies (1878-1918). Pendant ce temps, la Bosnie-Herzégovine était orientée vers la sphère culturelle autrichienne. C'était également le début de l'européisation de la Bosnie-Herzégovine et de sa culture, avec ses premières revues littéraires : Bosanska vila (la Fée bosniaque, 1885-1914), Zora (Aurore, 1896-1901), Nada (Espérance, 1895-1903) et Behar (Floraison, 1900-1910). Ces revues, du fait de la destinée historique du pays et grâce à un romantisme attardé, se caractérisaient, entre autres, par certaines tendances nationalistes, mais elles manifestaient également une orientation cosmopolite. La littérature revint aux normes de l'esthétique européenne. Parmi les écrivains musulmans de cette époque, le plus représentatif est Mehmedbeg Kapetanovic Ljubusak. En 1887, il publie un recueil de sentences, Trésor populaire, auquel collaborent un grand nombre d'amis non musulmans, et dans lequel Kapetanovic introduit aussi des sentences d'écrivains chrétiens croates et serbes, ainsi que des aphorismes orientaux et des vers de poètes alhamijado. Ce recueil présente l'image de l'homme musulman dans son aspect culturel et dans sa structure historique et géographique. Kapetanovic exprime les idées de l'européanisme musulman et d'un patriotisme slave. Mulabdic Edhem (1862-1954) écrit des romans et des récits sur la vie des Musulmans de Bosnie-Herzégovine. Conscient de l'importance de la culture européenne, Mulabdic est aussi rédacteur de la revue Behar et Gajret. Ses œuvres principales sont le roman Buissons verts (1898) et Au bord de la rivière Bosna (récits, 1900). Le romancier, nouvelliste et traducteur Bjelevac Abdurezak Hifzi (1886-1972) publie plusieurs romans, des récits (Minka, 1917 ; Ana Zoloti, 1927 ; Melika, 1927 ; la Construction d'un foyer heureux, 1934) et des nouvelles (les Pluies d'avril, 1921). Catic Musa Cazim (1879-1915), poète musulman, exprime dans ses poèmes les idées de la fraternité avec les autres peuples de Bosnie-Herzégovine. Il est à la fois imprégné des idées modernes et orienté vers l'Orient islamique. Safvetbeg Basagic (1870-1934), écrivain, traducteur et homme politique, écrit et traduit plusieurs œuvres (Gazi Husref-beg, 1907 ; les Écrivains de Bosnie-Herzégovine dans la littérature musulmane, 1912 ; traductions des Rubaije du poète persan Omer Hajam). Kocic Petar (1877-1916), écrivain et homme politique, participe à la vie littéraire et politique et lutte contre le gouvernement autrichien, en exprimant dans ses œuvres sa révolte sociale, nationale et humaine. Il peint, dans ses nouvelles, la vie des petites gens de son pays natal – la Bosnie (les Aventures de Simeunu djaku ; Mrguda ; Mracajski proto). Le Blaireau devant le tribunal, drame satirique, est son œuvre la plus connue. Dans la revue littéraire Zora (Mostar 1896-1901) collaborent plusieurs auteurs, serbes, croates et musulmans de Bosnie-Herzégovine : Aleksa Santic, Svetozar Corovic, Jovan Ducic, Osman Djikic, A. Karabegovic. Les écrivains serbes et croates les plus célèbres de cette époque y publient leurs œuvres : Zmaj Jova Jovanovic, L. Kostic, J. Veselinovic, S. Sremac, S. Matavulj, R. Domanovic, I. Cipiko , J. Skerlic, B. Popovic.

La Première Guerre mondiale met un point final à cette époque. En 1918, la Bosnie-Herzégovine entre dans le royaume des Serbes, Croates, Slovènes, devenue ensuite la Yougoslavie. Cet État ne reconnaît que trois nationalités : les Serbes, les Croates et les Slovènes. La nationalité musulmane ne sera reconnue qu'au début des années 1970, dans la Yougoslavie fédérale (1945-1991). Dans le royaume des Serbes, Croates et Slovènes, la Bosnie-Herzégovine ne figure pas en tant qu'entité indépendante, elle n'acquerra son autonomie qu'en 1943. Les musulmans sont obligés de choisir entre deux nationalités : serbe ou croate. Dans ces conditions on ne parle pas de littérature bosniaque ni de littérature musulmane. Certains auteurs se voulurent Serbes, d'autres Croates, et certains préfèrent rester en dehors de ces options. Dans un tel contexte, la littérature bosniaque ne peut avoir une existence indépendante, elle est englobée dans la littérature serbe ou, quelquefois, dans la littérature croate. L'époque de l'entre-deux-guerres est très féconde pour la littérature de Bosnie-Herzégovine. Dès l'entre-deux-guerres, certains écrivains musulmans avaient abordé des thèmes non musulmans – entre autres, A. Muradbegovic, Hamza Humo, Hasan Kikic. Jovan Krsic, critique serbe de Bosnie-Herzégovine, le premier tenta d'embrasser la création littéraire de Bosnie-Herzégovine dans son ensemble, mais sa mort prématurée empêcha l'aboutissement de son projet. Ivo Andric est l'écrivain qui a marqué toute une époque de la vie littéraire bosniaque et yougoslave. Il a réussi dans son œuvre à faire la synthèse du modernisme et du traditionalisme. La pensée esthétique d'Andric, tout comme son œuvre, est celle d'un artiste absolu, dont les principes esthétiques mêmes sont liés au peuple et à l'imagination de ce peuple, et par leurs ramifications profondes à la pensée artistique européenne tout entière. Plusieurs écrivains bosniaques de la génération d'Ivo Andric apparaissent dans la littérature bosniaque et yougoslave : Antun Branko Simic (1898-1925), Hamza Humo(1895-1970), Borivoje Jeftic (1894-1959), Isak Samokovlija (1889-1955). De nombreux écrivains bosniaques, surtout parmi ceux qui écrivaient déjà avant la guerre, sont tombés victimes du fascisme (Jovan Krsic, Hasan Kikic, Zija Dizdarevic, Ilija Grbic, Kalmi Baruh, etc.). Au cours de la première période qui suivit la Seconde Guerre mondiale, les écrivains les plus marquants furent Ivo Andric, Skender Kulenovic et Branko Copic, mais tous les trois quittèrent la Bosnie-Herzégovine et s'installèrent à Belgrade. Un autre écrivain de cette période, Mesa Selimovic (1910-1982), publia le Derviche et la Mort et la Forteresse, considérés comme les chefs-d'œuvre du roman moderne yougoslave. L'action de ces romans se déroule dans un cadre historique précis, le Sarajevo de l'Empire ottoman. L'auteur étudie le problème du pouvoir dans la vie intime, sociale et politique, et, comme Ivo Andric il est inspiré par le passé de sa Bosnie natale. Camil Sijaric, écrivain originaire de Sandzak – situé à mi-chemin de la Bosnie, du Monténégro et de la Serbie –, brosse avec une grande psychologie l'enchevêtrement des rapports entre des familles serbes et musulmanes de ces régions. Dans ses romans Ugursuz et Karabeg (le Fripon, Karabeg), Nedzad Ibrisimovic décrit aussi le passé bosniaque, en opposant le conscient et l'inconscient, l'apparence et l'essence. Ibrisimovic publie des nouvelles : la Maison dont la porte est fermée et Contes. Vitomir Lukic, poète et prosateur, représente la littérature « intellectuelle ». Sa peinture du milieu bosniaque a un caractère universel qui lui permet de rejoindre la pensée moderne de l'homme et de l'existence. Il faut ajouter aux prosateurs de cette génération des auteurs comme Kos Erih, Mladen Oljaca, S. Fetahagic, A. Isakovic, Dervis Susic. Andjelko Vuletic et Vitomir Lukic qui se sont également exercés à la poésie. Les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale n'ont pas favorisé la création poétique. À cause des exigences thématiques imposées par le réalisme socialiste, la poésie végète plus qu'elle ne s'épanouit. Les poètes restent isolés les uns des autres dans leur indépendance, en montrant une originalité qui empêche leur classification et le rassemblement dans des courants. Skender Kulenovic, après son important poème de guerre Mère Stojanka de Knezopole, a fait preuve dans ses sonnets d'un art accompli surgissant de cette terre et exploitant ses riches potentialités verbales. Le poète Mak Dizdar a marqué la poésie de Bosnie-Herzégovine par son œuvre, notamment par son étonnant recueil de poèmes, Dormeur de pierre, qui évoque les nécropoles médiévales de Bosnie-Herzégovine. Les poètes plus connus de cette période sont Husein Tahmiscic, Andjelko Vuletic, Vuk Krnjevic, Dusko Trifunovic, Rajko Petrov Nogo, Ahmed Muhamed Imamovic. Les autres, comme Izet Sarajlic, Dara Sekulic, Ilija Ladin, Vladimir Cerkez, Vladimir Nastic, Velimir Milosevic, Kapidzic-Hadzic Nasiha, sont plus proches de l'émotion élégiaque et de la rhétorique. La génération de poètes qui les ont suivis est représentée par Stevan Tontic, Josip Osti, Marko Vesovic, Abdulah Sidran, Milan Nenadic, Mile Pesorda, Mile Stojic, Vladimir Albahari, Hamdija Demirovic, Slobodan Blagojevic, Veselko Koroman.

Après l'éclatement de la fédération yougoslave en 1991, cinq États indépendants sont issus de l'ex-Yougoslavie : la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine et la Yougoslavie (composée de la Serbie et du Monténégro). Les événements tragiques qui ont accompagné la désintégration de la Yougoslavie ont frappé durement la Bosnie-Herzégovine. Grâce à l'engagement de ses artistes pendant la guerre, la Bosnie-Herzégovine est devenue un symbole de résistance culturelle contre la destruction totale. L'ancienne armée fédérale, au service de l'agresseur, a pilonné Sarajevo, la capitale bosniaque. La première cible était la bibliothèque nationale et universitaire, qui abritait de précieux manuscrits orientaux, arabes, turc et slaves : leur disparition est une perte incommensurable. Cette bibliothèque est liée à l'idée de communauté culturelle, fondée sur la conscience de la continuité des valeurs spirituelles et de leur rayonnement à travers l'histoire, au-delà des appartenances et des convictions. Les poètes, les écrivains, les peintres et les musiciens ont trouvé moyen pour dominer par l'art l'horreur de la guerre. Ceux qui sont restés dans le pays pendant la guerre et les autres qui sont partis en exil ont continué leurs activités littéraires. Les écrivains marqués par la guerre et l'exil entrent sur la scène littéraire de la Bosnie-Herzégovine.

Les plus connus d'entre eux sont Miljenko Jergovic, Zlatko Dizdarevic et plusieurs autres. Certains auteurs sont traduits du serbo-croate en plusieurs langues. D'autres écrivent directement en langue étrangère. Le Bosniaque Aleksandar Sasa Hemon, qui habite actuellement Chicago, est considéré par les critiques américains et français comme un écrivain d'avant-garde. En 2000, son livre De l'esprit chez les abrutis est publié en France. Ce recueil, qui paraît dans une quinzaine de pays, contient les nouvelles suivantes : la Vie et l'œuvre d'Alphonse Kanders ; Sorge et son réseau d'espions ; l'Accordéon ; Échange de propos plaisants ; une Pièce de monnaie ; Blind Josef Pronek Dead Sonds ; Mirage de la vie. The Observer a sélectionné Hemon parmi les « vingt et un écrivains dont on parlera au xxie siècle ». Semezdin Mehmedinovic, l'auteur du Sarajevo Blues, vit actuellement à Washington ; ses œuvres sont faites de témoignages et d'expériences authentiques de la guerre en Bosnie. Dario Dzamonja, journaliste et écrivain, est rentré à Sarajevo après cinq ans d'exil aux États-Unis. Considéré comme le chroniqueur de Sarajevo de la nouvelle époque, il a publié six recueils de récits : Price iz moje ulice (Récits de ma rue), Pisma iz ludnice (Lettres de la maison de fous), Zdravstvena knjizica (Carte d'assurance maladie), Prirucnik (Manuel), Oni dani (Ces jours d'autres fois), Prljavi ves (Linge sale). Il est mort à Sarajevo à la fin de l'année 2001. Ozren Kebo est un jeune journaliste bosniaque qui, durant la guerre, a tenu une chronique de Sarajevo assiégée. L'ensemble de ses textes a été traduit en France sous le titre Bienvenue en enfer : Sarajevo mode d'emploi. Dzevad Karahasan, dramaturge, journaliste, professeur d'art dramatique à Sarajevo, critique littéraire, essayiste, romancier et écrivain de théâtre, vit aujourd'hui en Autriche. Son roman Un déménagement (1994), publié en français, a obtenu le prix européen de l'Essai. Il évoque la destruction de Sarajevo. Dans Conseil nocturne, Karahasan raconte le retour, après vingt-cinq années d'émigration, de son héros principal dans une petite ville de la Bosnie. Un autre de ses romans, l'Âge de sable, a été publié en 2000 en France : c'est une œuvre épico-philosophique qui raconte la folie des hommes à travers les âges. Les critiques littéraires considèrent cet écrivain comme « l'une des voix les plus originales d'une Europe qui sait allier pour le meilleur les traditions créatrices de l'Orient et de l'Occident ». Abdulah Sidran, poète, écrivain, dramaturge, scénariste, a publié plusieurs recueils de poésie : Sahbaza, Kost i meso (l'Os et la Chair), Sarajevska zbirka (Collection de Sarajevo), Zasto tone Venecija (Pourquoi Venise coule), Bolest od duse (Maladie de l'âme), Sarajevski tabut (Cercueil de Sarajevo). Il a aussi écrit des scénarios de films : Sjecas li se Doli Bel ? (Tu te rappelles de Doli Bel ?), du réalisateur Emir Kusturica, Otac na sluzbenom putu (Papa en voyage d'affaires), du réalisateur Emir Kusturica, Kuduz (réalisateur Ademir Kenovic), Savrsen krug (Cercle parfait), du réalisateur Ademir Kenovic. L'auteur bosniaque Velibor Colic vit actuellement à Budapest. On lui doit un roman en vers Madrid, Grenade ou n'importe quelle ville, des recueils de nouvelles (le Renoncement de saint Pierre et les Bosniaques). Il a aussi écrit Chroniques des oubliés et la Vie fantasmagoriquement brève et étrange d'Amadeo Modigliani. Son roman Mather Funker, publié en France en 2001, est considéré comme un roman noir qui raconte la guerre en Europe de l'Est. Grand écrivain, essayiste et professeur de littérature, Predrag Matvejevic, qui est originaire de Bosnie-Herzégovine, vit actuellement en Italie. En 1992, il publie son Bréviaire méditerranéen et, en 1993, Épistolaire de l'autre Europe, qui occupent une place de premier plan dans la littérature contemporaine.