En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean de Boschère ou Jean de Bosschère

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain belge de langue française (Uccle 1878 – Châteauroux 1953).

Au début de 1915, Boschère quitte la Belgique occupée pour Londres, où il lie son sort à celui des Imagistes anglo-américains : The Closed Door (1917) et Job le Pauvre (1922), parus à Londres, obéissent aux préceptes de la nouvelle école, mais disent surtout la découverte de la révolte comme progrès spirituel. Après avoir voyagé en Italie, Boschère s'installe à Paris, où paraît, en 1927, Marthe et l'Enragé, roman évoquant son adolescence dans la province flamande. En 1933, Satan l'Obscur transpose l'expérience londonienne en un récit célébré par Antonin Artaud, et que prolongent Élans d'ivresse (1935) et Dressé, actif, j'attends (1936). En 1937, l'Obscur à Paris rassemble des textes en prose à mi-chemin du poème et du journal intime. C'est au fond de la province française, à La Châtre, que Boschère vécut, solitaire, ses dernières années. Ses ultimes recueils (Héritiers de l'abîme, 1950 ; le Paria couronné, posthume, 1956) disent la quête difficile d'un absolu spirituel par la voie négative : de cette aventure mystique finale reste le témoignage consigné dans le Journal d'un rebelle solitaire (posthume, 1981).