En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Hector Bianciotti

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain argentin naturalisé français (Calchin Oeste, Argentine,).

Établi en Europe depuis 1955, et en France depuis 1961, il a collaboré à la Quinzaine littéraire, au Nouvel Observateur et au Monde. Auteur, en espagnol, de romans (les Déserts dorés, 1967 ; Celle qui voyage la nuit, 1969 ; Ce moment qui s'achève, 1972), d'une autobiographie (le Traité des saisons, 1977, prix Médicis étranger) et de nouvelles (L'amour n'est pas aimé, 1982), il est un des chefs de file de la nouvelle génération hispano-américaine, dans la lignée de Borgès et de Cortázar. Mais c'est dans un français ample et musical, proche du style de Proust tout en conservant trace du baroquisme espagnol, qu'il écrit ensuite Sans la miséricorde du Christ (1985), Seules les larmes seront comptées (1989), hommage à sa mère, et les trois volets de ses Mémoires : Ce que la nuit raconte au jour (1992), évocation de sa jeunesse, des études au séminaire franciscain et de l'attirance pour l'Europe de ses ancêtres, puis le Pas si lent de l'amour (1995) et Comme la trace de l'oiseau dans l'air (1999). Membre de l'Académie française (1996).