En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Catherine Bernard

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Femme de lettres française (1662 – 1712).

Romancière, dramaturge et poète, cette Rouennaise est apparentée à Corneille et à Fontenelle. Elle abjure le protestantisme lors de la révocation de l'édit de Nantes (1685) et abandonne la carrière littéraire en 1693 pour se retirer dans la dévotion. Ses romans, rassemblés sous le titre général des Malheurs de l'amour (Éléonore d'Yvrée, 1687 ; Inès de Cordoue, 1696, source de Riquet à la Houppe de Perrault), eurent un grand retentissement. Ses plus grands succès sont ses tragédies : Laodamie, reine d'Épire (1689), émeut et valorise l'héroïsme galant et féminin ; Brutus (1690), que Voltaire imitera, promeut dans la veine romaine de Corneille l'éclat de la vertu et la douceur des sentiments.