En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tahar Ben Jelloun

Tahar Ben Jelloun
Tahar Ben Jelloun

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain marocain de langue française (Fès 1944).

Poète, romancier ou essayiste, il est toujours préoccupé par les blessures qu'infligent à l'homme le déracinement, le racisme, les oppressions de toute nature (Cicatrices du soleil, 1972 ; le Discours du chameau, 1974 ; Les amandiers sont morts de leurs blessures, 1976 ; À l'insu du souvenir, 1980). Il témoigne cependant dans ses récits d'un souci de recherche formelle. Harrouda (1973) est ainsi une fresque poétique et contestataire autour des trois villes de l'enfance et de l'adolescence : Fès des artisans, de la mère, et de la prostituée éponyme mythique ; Casablanca de la révolte écrasée de 1965 ; Tanger la trahison, espace du passage vers l'autre et de tous les désirs confondus avec l'écriture. Moha le fou, Moha le sage (1978) est centré sur un personnage proche du bouffon Djoha, lucide, faisant partout la lumière, stigmatisant, expliquant la vie du peuple, ironisant sur les puissants, dans une authentique tradition maghrébine. Ben Jelloun adopte parfois une perspective symbolique (la Prière de l'absent, 1981 ; l'Écrivain public, 1983 ; l'Enfant de sable, 1985 ; la Nuit sacrée, 1987). Il a consacré une attention particulière à la misère affective de l'émigré en Europe dans deux témoignages : la Plus Haute des solitudes (1977) ; l'Hospitalité française (1984) et deux romans : la Réclusion solitaire (1976), les Yeux baissés (1991). Après l'obtention du prix Goncourt en 1987 pour la Nuit sacrée, il diversifie encore son écriture, évoquant la mort du père dans Jour de silence à Tanger (1990), développant sa fascination pour l'Italie du Sud dans l'Ange aveugle (1992) ou dans l'Auberge des pauvres (1999), l'essai pédagogique dans le Racisme expliqué à ma fille (1998) ou le témoignage sur les prisons marocaines avec Cette aveuglante absence de lumière, qui a donné lieu en 2001 à une violente polémique. Tahar Ben Jelloun est membre du Haut Conseil de la francophonie à Paris.