En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edward Bellamy

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain américain (Chicopee Falls 1850 – id. 1898).

Journaliste fondateur des Springfield News (1880), puis d'un périodique socialiste à Boston (la Nation Nouvelle, 1891), il donne d'abord des romans sentimentaux et historiques, puis renouvelle sa manière avec Cent Ans après (1888), où l'utopie, sous la fiction du sommeil magnétique, est mise au service d'une critique de l'ordre social américain et de l'appel à un capitalisme d'État, seul capable d'assurer l'organisation industrielle de la nation. Égalité (1897) est une suite qui s'attache à la dénonciation du profit. Le héros de Cent Ans après, Julian West, se réveille en l'an 2000 dans ce qui fut Boston, après un sommeil de cent treize ans, provoqué par une passe magnétique excessive. Il découvre une Amérique – et, apparemment, une planète – métamorphosée en une société pacifiée, unifiée, homogénéisée, d'où tous les conflits, et leur raison d'être, ont disparu. Le moyen employé ? La concentration des entreprises en un seul monopole gigantesque, le « Grand Trust », qui possède, gère et fait fructifier la totalité de l'activité économique, mais aussi sociale et politique. Tout individualisme a disparu, l'uniformisation est la règle et seuls prévalent désormais les besoins collectifs.