En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Konstantine Nikolaievitch Batiouchkov

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète russe (Vologda 1787 – id. 1855).

Éduqué à l'européenne (il parle français et italien), il fait une carrière de fonctionnaire, même s'il commence à publier dès 1805. Jusque vers 1812, ses poèmes, écrits dans la veine anacréontique, chantent une conception épicurienne de l'existence (Mes pénates, 1811-1812). Par la suite, la tristesse, le doute s'installent et le genre dominant devient l'élégie (À un ami, 1815 ; Le Tasse mourant, 1817). Il est considéré, eu égard à ses conceptions esthétiques et morales, et malgré le classicisme de sa forme, comme un représentant du pré-romantisme russe (voir le Rêve, 1812, au contenu programmatique). Mais si « la rêverie est l'âme des poètes et de la poésie », elle se traduit toujours chez lui par des images objectives, terrestres ; il ignore la spiritualité qui imprègne le romantisme d'un Joukovski. À partir de 1822, il est victime d'une maladie mentale, mais son influence reste forte (la poésie de Pouchkine lui doit beaucoup).