En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marcel Aymé

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français (Joigny 1902 – Paris 1967).

Ses premiers récits, de Brûlebois (1926) à la Table-aux-Crevés (1929), en passant par Aller-retour (1927) et les Jumeaux du Diable (1928), annonçaient une sorte de populisme paysan : souvenirs de son enfance orpheline dans les prés du Jura et des vexations que la jeunesse bien-pensante faisait subir à ce petit-fils de républicain anticlérical. Mais, avec la Jument verte (1933), livre rabelaisien, Marcel Aymé gagne la réputation d'un auteur comique un peu licencieux et sa signature apparaît dans des périodiques politiques et littéraires, plus ou moins satiriques, comme Marianne ou Gringoire. À peine s'est-il montré sous le masque d'un moraliste de la vie urbaine (Maison basse, 1935) qu'il réapparaît en philosophe champêtre (le Moulin de la Sourdine, 1936 ; Gustalin, 1938 ; la Vouivre, 1943). Sur des terrains différents, il poursuit la même entreprise de salubrité mentale dans une tonalité très originale : au plus fort de ses indignations, il reste toujours accessible à la pitié et à l'émerveillement. D'où le désenchantement qui perce sous la critique féroce de tous les snobismes et de toutes les attitudes inauthentiques, qu'il les pourchasse dans les manifestations les plus matérielles de la société bourgeoise (le Bœuf clandestin, 1939) ou dans ses prétentions intellectuelles (Travelingue, 1941). D'où aussi cette évasion permanente vers la fantaisie, voire le fantastique, dans ses nouvelles et ses contes, dont le rythme épouse mieux la sensibilité d'écorché de ce faux impassible (le Nain, 1934 ; le Passe-Muraille, 1943). Rien d'étonnant donc qu'il ait trouvé un sujet sur mesure dans la France de l'Occupation, la génération des dénonciateurs zélés et des patriotes tardifs, des vrais trafics et des faux combats (les Vaches, 1942 ; le Chemin des écoliers, 1946 ; le Vin de Paris, 1947 ; Uranus, 1948). À la Libération, Marcel Aymé, qui a publié des articles dans Je suis partout, Aujourd'hui et les Nouveaux Temps, reçoit un blâme pour avoir vendu à une firme allemande le scénario du Club des soupirants (1941). Mais c'est à lui que Louis Daquin avait demandé les dialogues du film Nous les gosses (1941), qui exaltait l'esprit de résistance. Marcel Aymé en tire la conclusion qu'il est difficile d'être libre (Vogue la galère, 1944) et que l'écrivain doit être la conscience sans complaisance de son époque (le Confort intellectuel, 1949). C'est pour le théâtre qu'il choisit alors de porter sa guérilla contre les conformismes, variant la hargne de ses assauts, de la banderille légère (Lucienne et le boucher, 1948 ; les Oiseaux de lune, 1956 ; les Maxibules, 1961) à la cruauté vengeresse (Clérambard, 1950 ; la Tête des autres, 1952). Il écrivit aussi des contes (les Contes du chat perché, 1934-1958), petites « histoires simples, sans amour et sans argent » de deux petites paysannes imaginaires, où se manifeste son goût pour le merveilleux et dont les « morales » sont souvent amères ; comme ailleurs dans son œuvre, Marcel Aymé y traque la bêtise et la méchanceté.