En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Elza Rosenberga, dite Aspazija

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poétesse lettonne (Daukšas 1865 – Riga 1943).

Ardente féministe, elle exprima ses idées dans deux œuvres qui la rendirent célèbre : le drame la Prêtresse (1894) et, la même année, la pièce les Droits perdus, qui suscita une vive polémique. Aspazija fut cependant avant tout une poétesse remarquable, représentante du « Nouveau Cours », tout comme Jānis Rainis qu'elle épousa en 1897. Un de ses ouvrages-références est le recueil de poésies les Fleurs rouges (1897), qui exalte l'idéal démocratique. La pièce de théâtre le Voile d'argent, qui fut jouée pendant la révolution de 1905, connut un grand succès. Aspazija est également connue pour ses poèmes rassemblés dans le recueil les Ailes déployées (1920) ou le drame Aspasie (1923), consacré à l'héroïne grecque Aspasie de Milet, qui lui avait justement inspiré son pseudonyme.