En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Matthew Arnold

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain anglais (Laleham, Middlesex, 1822 – Liverpool 1888).

Après des études dans le collège de son père, Thomas Arnold (1795-1842), qui avait fait de l'école de Rugby le modèle de l'éducation religieuse et culturelle anglaise, et une crise de dandysme, il devient inspecteur des Écoles (1851) et professeur de poésie à Oxford (1857), après avoir publié sous l'initiale A. deux recueils de poèmes austères et angoissés (Empédocle sur l'Etna, 1852). Ami de Newman et de Renan, Arnold prône l'hellénisme contre l'hébraïsme, la culture contre la civilisation (le mécanisme industriel) et l'anarchie (le capitalisme individualiste et agressif) : à une époque où la religion est en perte de vitesse, l'intelligentsia doit remédier à « l'inconfort spirituel du siècle » (Culture et Anarchie, 1869 ; Dieu et la Bible, 1875 ; Essais sur l'Église et la religion, 1877). C'est à l'État et à l'école, dont il a étudié les méthodes en Europe (Écoles et universités continentales, 1868), que revient la tâche de lutter à la fois contre les oppressions sociales et le matérialisme bourgeois.