En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Arménie

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Avant l'arrivée des Indo-Européens, l'Arménie, massif montagneux d'environ 300 000 km2, à l'est de l'Anatolie, est habitée par les Ourartiens, qui se libèrent des Assyriens au ixe s. av. J.-C. Les Arméniens colonisent progressivement le pays à partir du viie s. av. J.-C. De cette date jusqu'au ve s. apr. J.-C., la littérature arménienne se limite à des gestes orales, que l'on peut regrouper en trois cycles épiques : 1º Haïk le Bel, Ara et Chamiram, qui reflètent les luttes des Ourartiens contre les Assyriens ; 2º Tigrane et Astyage, souvenir des guerres des Arméniens contre les Mèdes ; on peut y inclure la geste de Vahagn, héros de l'orage ; 3º Artachès et Artawazd, exploits légendaires des rois arsacides païens. Ces épopées nous sont connues par de brèves citations de l'Histoire de Moïse de Khorène, ainsi que par des documents ethnographiques recueillis aux xixe et xxe s.

Vers l'an 400 apr. J.-C., un ancien soldat devenu moine, Machtots, plus tard appelé Mesrop, désireux de favoriser l'évangélisation des campagnes et l'arménisation des populations montagnardes, invente et impose l'alphabet arménien, avec l'aide du catholicos (patriarche) Sahak et du roi Vramchsapuh. En même temps que la Bible, Machtots et ses disciples traduisent les œuvres des Pères alexandrins et cappadociens, défenseurs de l'orthodoxie. Ces traductions diffèrent, par la pureté de leur langue, des versions hellénisantes d'œuvres profanes effectuées à partir de 550 et jusqu'à la fin du viie s. pour doter l'université arménienne de manuels appropriés. À sa mort, en 441, son disciple Korioun écrit sa biographie. Cependant, Eznik de Kolb combat les philosophes grecs, les gnostiques, les mazdéens et diverses superstitions populaires dans sa Réfutation des sectes. Lors de la persécution mazdéenne de 451, le pseudo-Agathange réunit à la catéchèse de son temps quelques traditions épiques et hagiographiques sur la conversion officielle du royaume arsacide vers l'an 300. Après la chute de la royauté, vers 470, Fauste de Byzance donne une suite à Agathange, sous la forme d'une chronique souvent fabuleuse et partiale des Arsacides chrétiens du ive s. (Récits épiques). Après 480, le moine Lazare de Pharp écrit l'histoire du ve s. ainsi que son apologie, qui est le premier écrit autobiographique en langue arménienne. Devenu un genre littéraire à part entière, l'Histoire va connaître un développement important avec les historographes de l'époque de la domination arabe (Sébéos, viie s et Ghewond, viiie s) et surtout avec l'approche généalogiste et totalisante de Moïse de Khorène (viie).

La restauration de l'indépendance nationale entraîne une renaissance littéraire sensible aussi bien dans l'histoire (avec Thomas Ardzrouni, Jean Catholikos, aux ixe-xe s., Étienne Asolik, Aristakes de Lastivert, au xie s.) que dans la poésie, qui atteint son sommet dans l'œuvre mystique de Grégoire de Narek (vers 1000). Malgré la chute d'Ani (1064), bientôt suivie des invasions seldjoukides, la littérature reste florissante aussi bien en Grande Arménie (avec le juriste Mekhitar Goch, le poète et théologien Jean le Philosophe, le médecin Mekhitar d'Hera, les historiens Vardan, Kirakos et Mekhitar, le philosophe Jean Orotnetsi) que dans le royaume arménien de Cilicie, avec les sermons de Nersès de Lampron et les poésies du catholicos Nersès le Gracieux et de Grigor IV Tegha. Par leur usage systématique de la rime et la variété de leurs thèmes, ces dernières annoncent déjà la poésie populaire des achough, qui survivra seule, du xive au xviie s., à la destruction de la culture ecclésiastique officielle. Parmi les plus grands poètes, on citera Frik, témoin angoissé, dès le xiiie s., des malheurs de son peuple, Constantin d'Erzenka (xiiie-xive s.), poète allégorisant et raffiné, Mekertitch Naghach (xve s.), peintre de l'exil, Nahapet Koutchak (xviexviie s.) et ses quatrains d'amour et d'exil.

À partir du xviiie s. en Occident – par suite du développement de la communauté arménienne de Constantinople et des efforts de la congrégation mékhitariste à Venise et à Vienne (avec des historiens et des poètes comme Avedikian, Alichan, Aidinian) –, en Orient, du fait de la conquête de l'Arménie orientale par la Perse, de l'enrichissement des marchands arméniens d'Ispahan, puis de l'avance des Russes dans le Caucase –, s'amorce une renaissance culturelle qui s'épanouit pleinement dans la seconde moitié du xixe s. Désormais, il existe deux langues littéraires : l'arménien occidental, dans l'Empire turc (avec des poètes tels que Tourian, Demirdjibachian, Medzarentz, Siamanto, Varoujan, et des romanciers ou nouvellistes, comme Arpiarian, Baronian, Gamsaragan, Odian, Pachalian, Yéroukhan, Zohrab), et l'arménien oriental, dans l'Empire russe et en Iran (avec les romanciers Abovian, Chirvanzadé, Nar-Dos, Prochian, Raffi et les poètes H. Hovhannessian, Patkanian, Toumanian). La période 1900-1914 est le début d'une véritable mise en question de l'esthétique réaliste qui cède sa place au « régionalisme littéraire » prôné par le critique A. Haroutunian et l'écrivain Telgadintsi, amplifié par l'arrivée de jeunes écrivains qui, à l'instar des mouvements d'avant-garde européens, s'expriment par slogans et manifestes dans la revue Méhian (Temple).

Le génocide de 1915 précipite dans l'exil les écrivains occidentaux qui échappent au massacre : H. Ochagan, K. Zarian, Aharon, A. Tchobanian, Hamasdegh, Chanth vont poursuivre leur œuvre dans les diverses communautés arméniennes de l'étranger. Autour de la presse de la diaspora gravitent d'autres écrivains qui rejettent « l'héritage des pères » et se tournent vers la peinture de la vie à l'étranger, avec ses thèmes favoris : les aléas de la survie à l'étranger, la crise d'identité, l'assimilation. Le roman cyclique, le récit poétique et la nouvelle se développent sous la plume de Chahnour, de H. Zartarian, de Chouchanian, de C. Nartouni, de N. Béchiktachlian, de Vorpouni, de P. Mikaëlian. À une littérature de nostalgie du pays perdu et de l'orphelinage (A. Dzaroukian, M. Ichkhan, A. Haïgaz) s'oppose une réflexion sur le monde moderne, qu'illustrent la poésie de Sarafian, de Topalian, de H. Gosdantian (contemporain de Valéry, d'Apollinaire et des surréalistes) et plus tard celle de V. Ochagan, de Zahrad et de Khrakhouni au Liban et en Turquie. Cette littérature de diaspora se poursuit encore dans les communautés arménophones du Proche-Orient et des États-Unis. La prose romanesque de Karapents, mais également des écrivains de la jeune génération (V. Berberian, I. Djimbachian, K. Beledian), explore des thèmes contemporains où court encore la lancinante question sur l'identité de l'Arménien à l'étranger, dès lors que la proclamation d'indépendance de l'ex-Arménie soviétique en 1991 n'a pas créé un retour massif vers le pays. Les tentatives pour libérer la poésie des carcans de la tradition se concrétisent dans les recueils de V. Tékyan, de H. Berberian, de S. Guiragossian, de Maroush et de bien d'autres. Cette littérature de diaspora s'accompagne souvent d'une pratique bilingue déjà amorcée par le poète Z. Surmélian, qui publie des romans en américain, Chahnour, qui écrit des poèmes sous le pseudonyme d'Armen Lubin, V. Gardon, qui se substitue à V. Gakavian.

La fondation de la R.S.S. d'Arménie, en 1921, infléchit notablement la littérature arménienne orientale. Les premiers écrivains révolutionnaires sont tentés par le futurisme (« la Déclaration des trois »), dont la condamnation en 1923 met fin à une période de relative liberté. D'âpres discussions divisent les écrivains entre prolétariens et communistes-nationaux. Les premiers l'emportent et dirigent l'Union des écrivains. Le poète Tcharentz et le romancier Bakountz, ainsi que Totoventz, périssent en 1937 ; leurs compagnons, M. Armen, G. Mahari, sont déportés vers des camps sibériens d'où ils ramèneront des témoignages accablants après la chute du stalinisme. Issahakian, désabusé d'un long exil, trouve l'apaisement dans sa patrie, mais ne produit rien de significatif. Demirdjian cultive le roman historique, genre resté très vivace. Les poètes des années 1940 (H. Chiraz, S. Kapoutikian, H. Sahian, Émine, Davtian) pratiquent un art assez conformiste. La figure la plus marquante est celle de P. Sevak, qui allie la satire contestataire au lyrisme « symphoniste », avec une certaine dose de rhétorique présente surtout dans ses longs poèmes. Sa mort tragique en 1971 sonne le glas d'une période de relative liberté. Les « nouveaux poètes » des années 1960 et 1970 se font plus prudents : R. Davoyan, H. Édoyan, D. Hovannès, H. Grigorian, A. Haroutunian pratiquent une écriture plus personnelle et plus ouverte aux divers courants internationaux. La pratique du sarcasme chez S. Tchiloyan confère à ce poète une place à part ; il en est de même de A. Alikian dont les poèmes ne cessent de dire le désenchantement du « pays ». La prose romanesque connaît une période faste pendant l'ère khrouchtchévienne avec les récits de H. Matevossian, de Z. Khalapian, de B. Zeytountsian, de V. Grigorian.

Depuis l'indépendance, la création littéraire affronte les difficultés engendrées par la guerre, la crise économique et la privatisation des maisons d'édition. Après une période de « mutisme », la poésie revient sur le devant de la scène, avec un goût marqué pour l'exploration du corps et pour la mise en question du poème, ce dont témoignent les recueils récents de A. Chékoyan, de M. Petrossian et de V. Grigorian.