En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ludovico Ariosto, dit l'Arioste

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain italien (Reggio Emilia 1474 – Ferrare 1533).

La vie de l'Arioste s'identifie à la patiente conquête, à travers les difficultés matérielles et les servitudes courtisanes, d'une indépendance consacrée tout entière aux plaisirs du cœur et de l'étude. Admis en 1503 auprès du cardinal Hippolyte d'Este, il se voit confier jusqu'en 1517 plusieurs missions diplomatiques. Refusant de suivre le cardinal dans son archevêché hongrois de Buda, il entre ensuite au service du duc Alphonse d'Este. De 1522 à 1525, il est gouverneur délégué du duc dans la province de Garfagnana. À son retour, il se retire à Ferrare, où il achève en 1532 la troisième et définitive édition de son chef-d'œuvre, le poème épique du Roland furieux, entièrement revu et enrichi de six chants par rapport aux précédentes éditions de 1516 et de 1521.

La matière du Roland furieux est puisée dans le Morgante (1481) de Luigi Pulci et dans le Roland amoureux (1495) de Boiardo. Alors que Pulci et Boiardo prennent encore à la lettre l'idéal et le monde chevaleresques, l'Arioste n'y cherche qu'un prétexte à tisser mille aventures merveilleuses, distanciées par l'ironie et l'harmonie poétique, auxquelles s'entremêlent réflexions morales, hommages à la famille d'Este et allusions à l'histoire contemporaine. De l'édition de 1521 à celle de 1532, l'Arioste affina linguistiquement son poème, sous l'influence du puriste Pietro Bembo. Mais ces corrections ne sont pas systématiques, et l'Arioste ajouta même de nouveaux tours dialectaux. La grande nouveauté thématique du poème est l'introduction de la folie amoureuse de Roland, abandonné par Angélique. L'octave « monade heureuse » assure à ce poème extraordinairement dispersé son unité esthétique. Sans atteindre à l'extraordinaire dispersion du Roland amoureux, dont l'Arioste poursuit le récit au point exact où l'avait abandonné Boiardo, la narration du Roland furieux est caractérisée par un art de la digression qui est une des principales ressources de l'ironie ariostesque. Avec son alternance de combats singuliers et d'hécatombes de grand-guignol, la guerre opposant les sarrasins d'Agramant aux preux de Charlemagne est moins le ressort de l'action que son cadre (la fin du poème coïncide avec la fin de la guerre). La prolifération des actions secondaires s'ordonne, en deux temps, autour des aventures symétriques des deux couples centraux que forment Roland et Angélique, d'une part, Roger et Bradamante, de l'autre. À la conclusion tragique de l'amour impossible qu'inspire au preux Roland la belle païenne, répondent les noces de Bradamante et du héros païen converti, consacrant les origines légendaires de la maison d'Este dont est issu le cardinal Hippolyte, à qui l'Arioste dédie son poème.

Le rythme vertigineux de la fugue d'Angélique poursuivie par la meute de ses soupirants caractérise aussi bien le personnage que le mouvement général du poème. Paradoxalement, Angélique, qui est l'insaisissable par excellence, avec ou sans l'artifice de l'anneau magique qui la rend invisible, ne peut éluder la prise des personnages les plus vils. Roland, cependant, sans cesse engagé ailleurs, est systématiquement privé des occasions de vaincre sa froideur en lui portant secours. C'est ainsi à Roger que revient l'honneur de sauver Angélique de l'ogre et à Médor de l'aimer. Au terme d'une longue série d'exploits, Roland parvient dans la forêt où Angélique et Médor se sont aimés. Fou de douleur, il sème la terreur dans toute la France avant de passer en Afrique, tandis que, profitant de son absence, les armées d'Agramant tiennent en échec les troupes chrétiennes. Grâce à Astolphe, Roland recouvre définitivement l'usage de la raison, juste à temps pour renverser, en faveur de Charlemagne, le sort de la guerre. À l'inverse de ceux qui frappaient d'impossibilité l'amour de Roland pour Angélique, les obstacles qui s'opposent à l'union de Roger et de Bradamante relèvent d'abord de la magie employée par le magicien Atlant. Après avoir définitivement vaincu les sortilèges de ce dernier grâce à Melissa, sa rivale, il leur reste à affronter une longue série d'épreuves et de séparations, culminant dans le duel paradoxal qui les oppose à l'avant-dernier chant. Le dernier chant, où Roger obtient la main de Bradamante et triomphe du terrible Rodomont, est également remarquable par le prologue où l'Arioste, imaginant la foule de ses amis réunis sur le port pour l'accueillir au terme de sa navigation poétique, représente à la fois la cour de Ferrare et le public idéal auquel il destinait son poème.

L'ampleur et la célébrité de ce chef-d'œuvre ne doivent pas faire oublier les œuvres dites mineures, qui attestent la rigoureuse continuité et la cohérence de la création ariostesque. Celles-ci comprennent des poésies latines (Carmina, 1494-1503) et italiennes (Rimes, 1494-1516), les Satires (1517-1525), qui mêlent l'autobiographie et la réflexion morale, et plusieurs comédies, qui illustrent l'importance de l'activité théâtrale dans la brillante civilisation courtisane de Ferrare : l'Arioste veillait de près aux décors et à la mise en scène de ses pièces, où il apparaissait parfois dans le prologue. La cassaria en prose (1508) est la première en date des comédies italiennes de la Renaissance. Construite par contamination de diverses comédies latines, elle innove par une recherche du comique empruntant à la vivacité du langage populaire toscan, voire du dialecte émilien ; elle sera émondée et versifiée en 1531. Lui font suite I suppositi (en prose, 1509 ; en vers, 1528-1531), La Lena (1528), encore aujourd'hui la plus jouée, qui retrace la corruption de la société de Ferrare, et le Nécromant (1re rééd. 1520 ; 2erééd. 1528). Les Étudiants, commencés en 1518, resteront inachevés.