En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Yves Le Goff, dit Yeun Argow

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français d'expression bretonne (Pleyben 1897 – Gouézec 1966).

Fils d'un modeste charretier, poussé par le démon de l'aventure, il parcourut le monde et fit tous les métiers, y compris ceux de chercheur d'or et de gaucho, avant de devenir notaire à Gouézec en 1927. Mais, chose rare de la part d'un notable, la langue bretonne était la seule langue qu'il utilisât avec sa femme et ses enfants. On lui doit un nombre considérable d'écrits de toute sorte, publiés dans les revues Sav, Gwalarn, Arvor, Bleun Brug, Al Liamm, Brud ou publiés par lui en plaquettes. Son œuvre maîtresse reste le livre de ses souvenirs d'enfance, E skeud tour bras Sant Jermen (À l'ombre du grand clocher de Saint-Germain, 1955), récit plein de couleur et de verve et mine de renseignements sur la vie bretonne de naguère, écrit dans le breton vivant du peuple, mais manié avec l'élégance d'un lettré.