En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joseph d'Arbaud

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français de langue d'oc (Meyrargues, 1874 – Aix-en-Provence 1950).

Issu de l'aristocratie provençale, il deviendra, après une retraite en Camargue, le défenseur des traditions de cette région. Directeur de la revue le Feu, il laisse une œuvre poétique importante : Lou Lausié d'Arle [le Laurier d'Arles], 1913 ; Li Cant palustre [les Chants palustres], 1951). Il est aussi et surtout un des grands prosateurs occitans de son époque avec La Caraco (la Gitane, 1926), La Bèstio dóu Vaccarès (la Bête du Vaccarès, 1926), La Sòuvagino (la Sauvagine, 1929), où l'équilibre entre les grands mythes et la simplicité rustique témoigne d'une tendresse immense pour la terre et les hommes.