En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alberto Arbasino

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain italien (Voghera, Pavie, 1930).

Il débute au sein de l'avant-garde italienne (l'Anonyme lombard, 1959 ; Certains romans, 1964). Dans Frères d'Italie (1963 ; réécrit en 1976 et en 1993), Arbasino évoque les hauts lieux de la mondanité culturelle italienne. Ses romans suivants exhibent encore ce caractère parodique ou expérimental (dans la lignée de Gadda), qu'il s'agisse du « scénario de scénarios » de Super-Héliogabale (1969), du feuilleton de la Belle de Lodi (1972) ou de la turquerie du Prince constant (1972). Son œuvre d'essayiste est également très intéressante : elle mêle avec la même virtuosité réflexion linguistique, politique, analyse des événements contemporains et comptes rendus de spectacles (Paris ô Paris, 1960 ; Off-off, 1968 ; Soixante Positions, 1971 ; Fantômes italiens, 1977 ; Dans cet état, 1978, sur l'affaire Moro ; un Pays sans, 1980 ; la Chute des tyrans, 1990, sur le passage des pays de l'Est à la démocratie ; Paysages italiens avec zombis, 1998 ; Rap, 2001, qui porte un regard provocateur sur l'actualité).