En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Aharon Appelfeld

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain israélien d'expression hébraïque (Czernowitz 1932).

Déporté à l'âge de 8 ans, il émigra en Palestine en 1946 après la guerre. Ses nouvelles (Fumée, 1962 ; Givre sur la terre, 1965 ; Au rez-de-chaussée, 1968) peignent l'univers de survivants de l'holocauste, tandis que la plupart de ses romans (la Peau et la Chemise, 1971 ; le Temps des prodiges, 1978 ; Badenheim 1939, 1979 ; Jusqu'à l'aube, 1995 ; Tous ceux que j'ai aimés, 1999 ; Voyage vers l'hiver, 2000) traite du judaïsme européen d'avant-guerre. L'action de ses œuvres se déroule soit avant, soit après la tourmente, et la Shoah est évoquée dans une écriture de l'allusion et du non-dit. C'est seulement dans l'un de ses derniers romans, la Mine de glace (1997), qu'il situe l'intrigue au cœur de la guerre, d'abord dans le ghetto, puis dans le camp. Précurseur de la prose israélienne qui traite de la Shoah, son style, dont le rythme est unique, est à la recherche d'une identité perdue et marque la littérature de « la deuxième génération ».