En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jacques-Stephen Alexis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Romancier haïtien (Les Gonaïves 1922 – Port-au-Prince 1961).

Militant aux côtés de Jacques Roumain, il anima avec le poète René Depestre le mouvement révolutionnaire de 1946. Parti pour faire des études de neurologie à Paris, il s'y lia avec les intelllectuels de la négritude et ceux du communisme, tout spécialement Aragon. De retour en Haïti, il fonda le Parti d'entente populaire. Parallèlement à son activité de théoricien politique et littéraire, il écrivit plusieurs romans et nouvelles, édités à Paris. Compère Général Soleil (1959), les Arbres musiciens (1957), l'Espace d'un cillement (1959) et le Romancero aux étoiles (1960) illustrent sa théorie du « réalisme merveilleux », et célèbrent lyriquement, dans une écriture proche du baroque, « la belle amour humaine », les paysages et les ciels de la Caraïbe, la beauté des corps, les musiques de l'archipel, les mythologies autochtones et la générosité des luttes populaires. En 1961, à l'issue d'un séjour à Cuba, il débarque clandestinement en Haïti et meurt torturé par la police du dictateur Duvalier.