En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maxime Alexandre

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain français d'expression française et allemande (Wolfisheim 1899 – Strasbourg 1976).

Né dans l'Alsace annexée à l'Allemagne, il écrivit ses premiers essais poétiques en allemand. Après le retour de l'Alsace à la France, il vécut douloureusement le problème linguistique de l'écrivain alsacien de sa génération. Lié avec Aragon, puis avec Breton, il participa à l'activité du groupe surréaliste à Paris de 1923 à 1933. Par la suite, son œuvre, poèmes (le Mal de nuit, 1935 ; les Yeux pour pleurer, 1945 ; la Peau et les Os, 1956 ; l'Enfant de la terre, 1965 ; l'Oiseau de papier, 1972) et proses (Mythologie personnelle, 1934 ; Cassandre de Bourgogne, 1939 ; P. R., 1945 ; l'Amour image, 1946 ; Sagesse de la folie, 1952 ; Mémoires d'un surréaliste, 1968 ; Journal, 1976), où revient souvent la question du bilinguisme, conserve la marque du surréalisme français. Quelques écrits, dont le recueil de poèmes Durst und Quelle (1952), sont le fruit d'un retour aux origines et témoignent de l'influence première du romantisme allemand. Il est également l'auteur d'une pièce de théâtre (le Juif errant, 1946), de traductions (Hölderlin, Arp) et de publications sur l'histoire de la littérature allemande.