En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Iouz Alechkovski

pseudonyme de Iosif Efrimovitch

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain russe (Krasnoïarsk, 1929).

Après quelques séjours dans des camps, il se fait connaître comme auteur de chansons interdites et de livres pour enfants. Il écrit son premier récit, le Kangourou, en 1974, et émigre aux États-Unis en 1979. Dans ses œuvres, le narrateur joue un rôle essentiel, à travers des personnages au regard naïf et authentique, comme dans Nikolaï Nikolaïevitch (1970), où l'histoire est racontée par un jeune délinquant devenu par un jeu de circonstances donneur de sperme dans un institut scientifique. Alechkovski fut un des premiers à introduire « l'argot » dans le texte littéraire (Mascarade, 1977). Là encore, il s'agit de redonner sa véritable couleur à la voix narrative : à cet égard, il est révélateur que l'écrivain adopte fréquemment la forme du monologue ou de la confession, comme dans la Confession d'un bourreau (1977), sur les crimes de l'époque stalinienne, Un petit mouchoir bleu (1980), sur la guerre, ou le Livre des dernières paroles (1984).