En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Brian Wilson Aldiss

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain anglais (Dereham, Norfolk, 1925).

Figure marquante de la science-fiction britannique, cet ancien libraire a commencé à écrire en 1954 une œuvre qui compte des essais, des nouvelles et une vingtaine de romans. Après avoir publié des récits de facture plutôt classique (Croisière sans escale, 1958), il entre dans l'équipe de New World qui entend renouveler le genre par un travail sur l'écriture et la thématique. Report on Probability A (1968), Barefoot in the Head (1969), sur lesquels planent les ombres de Joyce et de Robbe-Grillet, témoignent de cet effort. Aldiss trahit ses préoccupations philosophiques et littéraires en décrivant un monde en proie à l'entropie, thème dominant auquel seul l'humour offre parfois une échappatoire (l'Autre Île du Dr Moreau, 1980 ; le Printemps d'Helliconia, 1982, et ses suites). Il est également l'auteur d'une trilogie largement autobiographique (Un petit garçon élevé à la main, 1970 ; Soldat, lève-toi... 1971 ; Un rude réveil, 1978). Dans À l'est de la vie (1994), il introduit ses thèmes de prédilection sans recourir à la science-fiction, avec laquelle il renoue en 1999 pour Mars la blanche, écrit en collaboration avec le mathématicien Roger Penrose.