En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Asher Hirsch Ginzberg, dit Ahad Haam

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain russe de langue hébraïque (Skvira, Kiev, 1856 – Tel-Aviv 1927).

C'est à Odessa, grand centre de la culture juive à l'époque, qu'Ahad Ha-Am s'établit en 1884 et devint membre du comité des Amants de Sion. En 1922, il s'installa définitivement en Palestine. Dès 1889, il avait publié l'essai qui le rendit célèbre, Ce n'est pas la bonne voie, critique du sionisme des Amants de Sion qui préconisaient l'immigration en Palestine, mais négligeaient les aspects spirituels du judaïsme. À la suite de ses visites en Palestine, il soutint dans la Vérité d'Erets-Israël (1891) que l'État juif échouerait s'il devenait un simple État politique. Il opposa ainsi son sionisme culturel et spirituel au sionisme politique de Herzl. Afin de mettre ses idées en pratique, il participa à la fondation d'une école à Jaffa et d'une maison d'édition à Odessa, et dirigea (1897-1907) la revue Ha-Shiloah, organe du sionisme et de la littérature hébraïque d'Europe centrale. Dans ses essais réunis sous le titre Au carrefour, et qu'il commença à publier en 1895, il proclame la primauté de la sauvegarde du judaïsme, porteur d'une mission morale et historique, sur celle des Juifs eux-mêmes. Ahad Ha-Am fut ainsi le premier à introduire l'essai comme genre littéraire dans la littérature hébraïque moderne : il se caractérise chez lui par sa structure achevée, son style précis et clair, parfaitement adapté à sa pensée analytique.