En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dritëro Agolli

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain albanais (Menkulas i Devollit 1931).

La variété de son œuvre, son style imagé et concis, souvent teinté d'humour, la saveur de ses descriptions, expliquent son large succès. La guerre de libération nationale est un thème récurrent de son œuvre poétique (Poème de la route, 1958) ou de romancier (le Commissaire Memo, 1969 ; l'Homme au canon, 1975). Mais il évoque aussi l'Albanie socialiste (Mère Albanie, 1975), traitant des efforts déployés par chacun pour construire la vie nouvelle, à la ville (Matin) comme au village (le Montagnard), par l'ouvrier (les Chemises), le poète (Devoll, Devoll, 1964) ou le simple citoyen (Mes pas sur l'asphalte, 1961). Il combat ainsi tout ce qui pourrait entraver son évolution : les coutumes rétrogrades (Dure Ballade, 1968), la bureaucratie (l'Autre Face, 1963 ; l'Ascension et la Chute du camarade Zylo, 1973), le révisionnisme (le Verbe dégrossit la pierre, 1977). Il a écrit, entre autres, les ouvrages suivants : l'Âge blanc, 1975 ; l'Artiste et le temps, 1980 ; le Pèlerin retardé, 1993 ; le Mendiant du temps, 1995 ; un Homme étrange arrive, poésies, 1996.