En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean-Marie, Ade Adiaffi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Écrivain ivoirien (Bettié 1941 – Abidjan 1999).

Il fait, en France, des études de cinéma, puis de philosophie. Son roman, la Carte d'identité (1980), est couronné par le grand prix littéraire d'Afrique noire. Symbole imposé par un pouvoir étranger et répressif, la carte d'identité n'a aucune valeur pour le prince Meledouman (Je n'ai pas de nom), qui est pourtant contraint de la rechercher ; sa quête prend une dimension initiatique dans un Bettié de plus en plus fantastique malgré son nom réel, au long d'une semaine sacrée akan, qui est en même temps Genèse et Semaine sainte. D'éclairs et de foudre (1980), puis la Galerie infernale (1984) révèlent un poète puissant qui soumet la langue française à des rythmes africains. Silence, on développe (1992), chronique tonitruante d'une dictature, plus épique que romanesque, mêle toutes les mythologies. Volumineux, tumultueux, le texte a connu des difficultés de publication et n'a pas rencontré l'audience qu'il mériterait.