En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ibrahim, dit Abaï Kounanbaïev

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Poète kazakh (Tchingistau 1845 – id. 1904).

Fils de féodal, il reçoit une culture islamique et découvre grâce à des exilés la poésie russe, qu'il entreprend de traduire. Ses vers, lyriques ou satiriques, rénovent, en puisant dans la tradition orale, la langue et la métrique de la poésie kazakh ; imbu de son rôle social, il y dénonce les mœurs patriarcales, l'arbitraire et l'obscurantisme, appelant son peuple à étudier et à s'unir. Il a laissé aussi des poèmes dans le style oriental (Iskander, Masgud, 1887) et des « instructions » didactiques en prose (Gaklia, 1890-1898).