En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

The Stranglers

Groupe britannique de rock et de punk formé en 1973 à Guilford par Hugh Cornwell (guitare, chant), Jet Black (batterie), Jean-Jacques Burnel (basse) et Dave Greenfield (claviers).

Toujours en porte à faux (trop vieux par rapport à leurs « confrères punk » et pas vraiment orthodoxes avec leurs claviers faisant penser aux Doors), les Stranglers ont malgré tout réussi à prendre en marche l'épopée de la musique punk, pour en devenir un des groupes les plus marquants.

Leur style musical se distingue dès leur premier album, Rattus Norvegicus (1977), avec un son de basse poussé à l'extrême et des envolées lyriques aux claviers. Un jeu de batterie tirant sur le jazz et des paroles plus intelligemment provocatrices que la moyenne donnent ainsi le ton à une carrière où la musique a toujours su porter les sujets abordés.

Bestiaire. Le groupe affectionne les symboles, et les utilise. Le noir sera le drapeau de sa récolte anarchique. Le rat (Rattus Norvegicus, No More Heroes, 1977) représentera la décrépitude dans laquelle l'homme se complaît. Le corbeau (The Raven, 1979) sera annonciateur de destruction pour l'ennemi (impérialisme américain, société de consommation, etc.). La panthère (Feline, 1983) incarnera la souplesse des combattants mais marque aussi un tournant musical. La hargne vengeresse (immortalisée, en 1980 à Nice, par un concert virant à l'émeute) fait place aux mélodies enveloppées d'instruments acoustiques. L'oreille, enfin (Aural Sculpture, 1984), stigmatise la médiocrité musicale jetée au public, dans un disque aux accents rhythm and blues. Cette nouvelle orientation vers la ballade se traduit en 1986 par un hit en Europe, Always The Sun.

Depuis le départ, au début des années 1990, de Hugh Cornwell, force est de reconnaître que les Stranglers, qui continuent vaille que vaille, n'ont jamais retrouvé la verve et l'arrogance qui faisaient leur force. Restent malgré tout onze albums, brillants témoins d'une vague punk s'éloignant peu à peu.

Jean-Jacques Burnel, le bassiste franco-anglais, enregistrera quelques albums solo, dont Un jour parfait, en 1989, avec le hit le Whiskey.