En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

The Pogues

Groupe irlandais de rock alternatif formé en 1982 avec Shane McGowan (chant), Peter « Spider » Stacy (tin whistle), James Fearnley (guitare, piano, accordéon), Jem Finer (banjo, mandoline), Cait O'Riordan (basse) et Andrew Ranken (batterie).

Les premiers punks irlandais commencent leur carrière en jouant des versions musclées de chansons traditionnelles dans les pubs de la capitale britannique. Emmenés par MacGowan — fan de Jacques Brel, avide de littérature, de poésie et d'alcool —, les Pogues (qui s'appellent encore Pogue Mahone) attirent l'attention des Clash, dont ils font bientôt la première partie. Ainsi parrainés, les Pogues (avec leur nom définitif) sortent en 1984 Red Roses For Me. L'album contient plusieurs airs traditionnels et d'excellentes créations, comme Streams Of Whiskey ou Dark Streets Of London. Un an plus tard, Elvis Costello (qui épouse la bassiste) produit le fougueux Run, Sodomy & The Lash (1985), album phare, avec le fameux Dirty Old Town et la reprise du standard folk de l'Australien Eric Bogle And The Band Played Waltzing Matilda. Leur réputation grandit, quand ils subissent les foudres de la censure à cause de A Pair Of Brown Eyes (où ils vilipendent le Premier ministre britannique de l'époque, Margaret Thatcher). If I Should Fall From Grace With God (1988), plus varié, mais plus commercial, conquiert les États-Unis. Peu à peu, l'alcoolisme de MacGowan devient un réel problème pour le groupe, qui doit se passer de lui pour toute une tournée américaine prévue avec Bob Dylan. Peace And Love (1989) et Hell's Ditch — sous la direction de Joe Strummer — semblent redresser la barre, mais le chanteur raccroche officiellement en septembre 1991. Après Joe Strummer, Spider Stacy prend en main les vocaux de ce groupe qui avait si bien réussi le mariage du rock, du folk et de la tradition, avec un bon brin de sauvagerie et de nostalgie.